Logo_Bulletin




[Nyeleni - Food sovereignty - Newsletter, Bulletin, Boletin]

Accueil > Les bulletins Nyéléni en français > Bulletin n° 22 - Nutrition et Souveraineté Alimentaire > Bulletin n° 22 - Sous les feux de la rampe 2

Bulletin n° 22 - Sous les feux de la rampe 2

lundi 15 juin 2015, par Manu

L´entreprise prend le contrôle de l´alimentation et des espaces de politique nutritionnelle

Lors des dernières décennies, des politiques de dérèglement ont mené à une immense concentration du pouvoir des entreprises dans les systèmes alimentaires globaux [1] et ont consolidé l´influence des entreprises sur les politiques des pouvoirs publics, tous les deux au niveau national et international, terrorisant les communautés et les familles concernant leurs compétences pour transformer la nature et l´alimentation et obtenir une nutrition saine et du bien-être. Sous le parapluie des partenariats publics-privés (PPPs) et des initiatives multilatérales, des entreprises privées assument des fonctions de plus en plus importantes en façonnant des politiques publiques, et en prenant ainsi la relève auprès des fonctions des gouvernements élus, tout en sapant le cœur de la gouvernance démocratique. Cette nouvelle tendance entraîne de sérieuses conséquences pour la souveraineté alimentaire. En fait, les politiques et les interventions destinées à l´alimentaire et la nutrition sont de plus en plus orientées vers des intérêts au profit maximum des corporations et leurs actionnaires, au lieu de se voir orientées vers des besoins physiologiques et nutritionnelles de la population en général et plus spécifiquement, vers les communautés affectées par la faim et la malnutrition, qui deviennent encore plus marginalisées.

En 2010, le Forum Economique Mondial (FEM) a lancé le rapport final de son Globale Redesign Initiative (GRI) [2], dans lequel on propose la radicale restructuration de la gouvernance globale vers un accord multipartenariale dans lequel les entreprises privées prennent part lors des négociations et des processus décisionnels avec les représentants du gouvernement. Même si cela ne peut sembler que des promesses, il s´agit d´une malheureuse réalité, avec la nutrition et les aspects de santé placés au premier plan de l´entreprise pour la reprise des espaces de gouvernance publique. Selon la proposition du GRI, l´Organisation pour l´Alimentation et l´Agriculture (FAO) pourrait être remplacée par : “Alimentation Globale, Agriculture et Initiative Nutrition Redesign ” fonctionnant sous la surveillance étatique et non étatique.

En 2008, le Comité Permanant des NU sur la Nutrition (CPNU) -l´organisme d´harmonisation pour des politiques de nutrition associées et des programmes des Nations Unies- a été effectivement arrêté à cause de sa politique relativement forte concernant l´engagement avec le secteur privé [3] et la circonscription de résistance de la société civile afin d´inclure le secteur privé en tant que comité. Au même temps, les mêmes acteurs qui ont (malheureusement) enfoncé pour la participation du secteur privé au CPNU, et par la suite ont préparé la voie vers le discrédit et l´épuisement des financements, faisaient la promotion d´une nouvelle initiative de portée globale – l´Initiative d´élargissement de la Nutrition (IEN). Opposé au CPNU, qui est responsable des gouvernements, SUN ouvre sa porte à un fort compromis avec un secteur privé en nutrition avec la vision du GRI. Parmi ses membres (y compris ceux du Lead Group), on constate de grandes entreprises transnationales de l´alimentation et des boissons et des agro-businesses [4]. Parmi elles, quelques unes ont été concernées dans le passé dans des abus contre les droits humains, et sont connues par leurs résistances aux règlements de la santé publique.

Le compromis des entreprises privées avec la gouvernance de l´alimentaire et la nutrition à travers PPPs –telles que SUN- présente un vrai risque pour la souveraineté alimentaire. Cela introduit un biais vers des solutions techniques, artificielles et à base des produits locaux, telles que des produits alimentaires thérapeutiques et fortifiés, des semences génétiquement modifiées, et des suppléments nutritionnels, et on détourne l´attention concernant les déterminations sociales et les violations aux droits humains, qui sont à la base de la famine et de la malnutrition. D´ailleurs, on ferme les yeux devant le rôle des entreprises, ce qui entraine de la famine et de la malnutrition à travers des marketings inappropriés sur des substituts du lait maternel et des aliments pas salutaires, un travail abusif et des politiques de sous-traitances, sur la terre et les ressources naturelles, sur la pollution et la destruction des écosystèmes et la biodiversité, etc., et le besoin urgent des règlements obligatoires. Il se peut que l´aspect le plus important soit que cette reprise en charge institutionnelle sur les espaces de la gouvernance de l´alimentaire et la nutrition a de négatives implications pour le riche et complexe processus socioculturel concernant les habitudes alimentaires et la nourriture individuelle au niveau des communautés et chez des familles partout dans le monde, à partir de la promotion des méthodes de production non soutenable et le réchauffement global.

En Novembre de la dernière année, la Deuxième Conférence Internationale sur la Nutrition (CIN2) a eu lieu à Rome. Avant et pendant la conférence, des mouvements sociaux et des organisations de la société civile ont crée une vaste alliance pour défendre les politiques de nutrition et des interventions ayant les personnes – et tout en particulier les communautés et les producteurs alimentaires à la petite échelle- au centre et elles se sont appuyées sur la promotion des droits humains afin d´adapter l´alimentaire et la nutrition dans un vaste cadre de souveraineté alimentaire, d´indivisibilité des droits des femmes et des enfants [5]. On a demandé aux États de mettre en place un mécanisme de gouvernance cohérent, capable de suivre et d´assurer un responsable rapport entre les obligations et les engagements des États sur la nutrition, et en même temps, qu´il prenne un engagement avec la société civile, et en particulier, avec les groupes affectés par toute forme de malnutrition. Le Comité de Sécurité Alimentaire Mondiale (CSA) devrait jouer un rôle dans le cadre de cette politique assurant la cohérence pour la sécurité alimentaire et la nutrition, et on lui a demandé d´inclure la nutrition dans son plan de travail. Des mouvements Sociaux et des CSOs ont très fortement exprimé leur opposition à la participation du secteur privé au niveau des politiques de l´alimentaire et la nutrition. Et on a demandé au Comité l´adoption d´un solide intérêt pour les garanties devant toute forme d´engagement avec le secteur privé.

Au début de cette année, il y a eu des tentatives provenant de quelques acteurs afin de ciseler un espace proéminent pour SUN dans le CSA, c´est ainsi que l´on examine son rôle futur en nutrition progressive. A manière de réponse à ces tentatives, le groupe de travail du Mécanisme de la Société Civil (MSC) sur la nutrition a appelé l´établissement d´un processus transparent, informé, et participatif au sein du CSA afin de discuter ses engagement sur la nutrition. Le mois dernier, le groupe de travail du Multi Programme Annuel de Travail (MPAT) a décide que la nutrition deviendra un énorme flux de travail du CSA lors des prochaines années. Et cela entrainera à l´avenir la création d´un groupe de travail.

Il s´agit d´un moment critique pour faire devenir la nutrition plus forte au CSA et pour mettre en place une organisation globale d´harmonisation pouvant assurer une politique cohérente à travers des secteurs favorables aux droits humains, permettant ainsi d´adapter l´alimentation et la nutrition. Cependant, afin d´y parvenir, le CSA doit développer des garanties adéquates pour protéger leur espace politique devant des entreprises ayant des influences exagérées. C´est donc essentiel que les mouvements sociaux et les organisations des sociétés civiles, à travers les lentilles et un cadre de souveraineté alimentaire, qu´ils placent au cœur de la question la dimension du pouvoir lors des discussions sur l´alimentation et la gouvernance nutritionnelle, qu´ils préconisent afin de renforcer les garanties devant des intérêts opposés au sein du CSA, pour rester alerte et contrôler de très près les développements -au sein et bien au-delà du CSA- dans le secteur de la nutrition ; et finalement, qu´il faut résister devant les tentatives des entreprises d´appropriation de cet espace vital et d´un profond détachement de la nutrition concernant l´alimentation, les humains et la nature.


[1Voir La Déclaration Berne & EcoNexus (2013) ‘Agropoly – Une poignée de corporations contrôle la
production alimentaire mondiale’, disponible à www.econexus.info/sites/econexus/files/Agropoly_Econexus_
BerneDeclaration.pdf

[2Voir Guide des lecteurs pour l¨Initiative Global Redesign à l´University of Massachusetts qui résume les
plus importantes propositions du WEF, disponible à https://www.umb.edu/gri. Le rapport complet peut être
trouvé à http://www.weforum.org/issues/global-redesign-initiative

[4Compagnies participant au SUN : PepsiCo, Mars, Unilever, Syngenta et BASF, voir http://sunbusinessnetwork.
org/sun-resources/sbn-company-list/

[5La société civile et les déclarations du mouvement social avant et au ICN2
peuvent être trouvées au link :http://www.fian.org/news/article/detail/civil_society_
and_social_movements_present_their_final_declaration_at_the_icn2/