Logo_Bulletin




[Nyeleni - Via Campesina - Newsletter, Bulletin, Boletin]

Accueil > Les bulletins Nyéléni en français > Bulletin n° 40 - Accaparement des terres et justice foncière > L’écho des campagnes

Bulletin n° 40 - Accaparement des terres et justice foncière

L’écho des campagnes

dimanche 14 juin 2020, par Manu

L’écho des campagnes 1 - La réforme agraire, une réponse à la pandémie actuelle

Jaime Amorim, membre de la Coordination Nationale du MST et de la Commission Internationale de Coordination de La Via Campesina

Aujourd’hui les drapeaux des luttes historiques comme le drapeau de la réforme agraire deviennent actuels, urgents et nécessaires. Une réforme agraire large, populaire et profonde qui résout définitivement le problème de la concentration des terres, en laissant à l’histoire le mal du latifundium et toute sa structure de pouvoir comme un vestige féodal qui reste au service de l’agrobusiness. Qu’il résout le modèle de développement des campagnes basé sur la monoculture d’agro-exportation.

La pandémie a démontré la fragilité du modèle capitaliste de développement, en particulier le modèle actuel, néo-libéral conservateur, qui détruit les économies locales, la souveraineté nationale, attaque la démocratie et les états démocratiques de droits, promeut les guerres contre les nations, supprime les services publics, avance rapidement sur les ressources naturelles et minérales, précarise la législation du travail, tout cela au nom du développement du capital, tout devient une marchandise au nom de la mondialisation de l’économie. En conséquence, en période de pandémie, le chômage, la faim, la misère, et la violence augmentent. Selon João Pedro Stédile, leader du Mouvement des Sans Terre (MST) du Brésil, dans une interview au journal Brasil de Fato “La pandémie de coronavirus est l’expression la plus tragique de l’étape actuelle du capitalisme et de la crise de civilisation que nous vivons.

La réforme agraire, large et radicale, peut devenir une réponse actuelle et moderne aux crises mondiales actuelles : crise politique, crise environnementale, crise idéologique, crise sociale et crise économique, qui est structurelle et ne peut plus résoudre les problèmes crées par la forme même de l’exploitation et de l’accumulation capitaliste, mais aussi ne peut plus répondre aux défis de la société pour sauver la survie des êtres humains, l’existence humaine peut être menacée et la vie de la planète elle-même. La réforme agraire avec l’agroécologie pour la souveraineté alimentaire et la sortie de la dépendance au marché et aux grands distributeurs alimentaires.

L’écho des campagnes 2 - L’accaparement des terres, la justice foncière et les éleveurs


Lorenzo Cotula et Ced Hesse, IIED (Institut international pour l’environnement et le développement)

Au cours des 15 dernières années, l’évolution des prix des matières premières et les politiques publiques biaisées ont favorisé une hausse des investissements commerciaux dans les secteurs des ressources naturelles, notamment l’agriculture, les mines et le pétrole. Les gouvernements de différentes tendances politiques ont vu dans cette vague d’investissements une opportunité économique - pour promouvoir le développement économique, créer des emplois et générer des revenus publics.

Mais les accords ont également suscité des inquiétudes dans le public quant au mode de développement et aux types d’investissements, ainsi qu’à la manière dont les coûts et les bénéfices étaient répartis Plusieurs recherches ont documenté les conflits fonciers et la dépossession en lien avec les projets de plantation de l’agrobusiness et les opérations de l’industrie extractive. Plus récemment, les accords ont diminué en partie suite à l’évolution des prix des matières premières. Mais au niveau local, les pressions se font toujours sentir, en particulier dans les points stratégiques où sont concentrés les minerais, le pétrole, les terres fertiles, l’eau douce et les infrastructures. Plusieurs projets abandonnés ont laissé derrière eux une série de conflits, et de nombreux gouvernements identifient toujours les secteurs des ressources naturelles comme fondement de leur développement national.

Perçues à tort comme "vides" ou "oisives", les pâturages ont longtemps été une cible pour les gouvernements et les entreprises. Dans la région de Karamoja en Ouganda, par exemple, les opérations minières ont empiété sur les terres de pâture. [1]Tandis que les bénéfices promis en matière d’écoles, d’hôpitaux, d’emplois et d’eau ne se concrétisent pas, les pasteurs perdent l’accès aux pâturages et aux gisements de minéraux et souffrent de la contamination de l’eau. L’exploitation minière limite également la mobilité des troupeaux et les prive de ressources clés en saison sèche. Ces évolutions compromettent cette pratique de pâturage et sa capacité de soutien en moyens de subsistance locaux.

Dans de tels contextes, des lois biaisées sapent souvent les droits des pasteurs et facilitent la dépossession. Bien que les faits montrent que les pratiques de pâturage sont résistantes et sophistiquées, les droits des pasteurs sur les ressources sont juridiquement protégés de manière variable et souvent limitée dans la pratique - y compris dans les pays où la législation ou même la constitution affirme formellement les droits locaux. Beaucoup de lois foncières conditionnent la protection effective à une "utilisation productive", et les notions biaisées de productivité sapent les revendications des pasteurs en matière de ressources. L’absence de preuve légale de la propriété foncière des pasteurs aggrave souvent le risque de dépossession.

Nous avons besoin de politiques qui soutiennent, plutôt que de miner, les systèmes pastoraux, faisant avancer la justice foncière face à l’accaparement des terres. Bien que chaque contexte est spécifique, il est souvent nécessaire de reconnaître le pastoralisme comme une forme d’usage économique et écologique des ressources ; de protéger les droits collectifs des pasteurs à la terre, à l’eau et au pâturage ; et de faciliter la mobilité des troupeaux lorsque celle-ci assure la subsistance des pasteurs.

L’écho des campagnes 3 - Femmes rurales, féminisme de base et droits fonciers

Maria Luisa Mendonça, Réseau pour la Justice Sociale et les Droits Humains, Brésil

Du point de vue des mouvements féminins de base, la défense des droits fondamentaux à la terre et à l’alimentation est une lutte constante. Dans le monde entier, l’expansion de la production agricole destinée à l’exportation, contrôlée par les grands propriétaires terriens et les grandes entreprises, déplace continuellement les communautés rurales. Elles sont forcées de quitter leurs terres et leurs moyens de subsistance, et deviennent vulnérables à l’exploitation du travail dans les grandes plantations ou dans les centres urbains. Elles doivent faire face à la pauvreté et la faim. Le monopole des terres et la spéculation mercantile font augmenter les prix des denrées alimentaires, ce qui affecte de manière disproportionnée les femmes à faible revenu. Le cas du Brésil illustre cette situation, car il présente un des niveaux les plus grands de concentration des terres. Actuellement, on assiste à une re-concentration croissante suite à la spéculation financière internationale sur les marchés fonciers ruraux. Ce processus accroît le monopole sur la terre et étend la monoculture de produits d’exportation, ce qui entraîne la destruction de l’environnement et le déplacement des communautés rurales qui produisent la majorité des aliments destinés aux marchés intérieurs.

Dans ce contexte, la résistance des femmes rurales est cruciale pour faire face simultanément aux crises économique, écologique et alimentaire. Les femmes font face à des défis spécifiques en temps de crise, puisqu’elles assument généralement la responsabilité des tâches sociales du ménage, comme l’alimentation et les soins de santé. Par conséquent, les politiques néolibérales réduisant le soutien gouvernemental aux programmes sociaux et l’augmentation des prix alimentaires représentent une charge supplémentaire pour les femmes qui travaillent. En outre, le déplacement des communautés rurales force les femmes à occuper les pires emplois dans les plantations et les zones urbaines.

Les mouvements ruraux de femmes qui militent pour la réforme agraire et l’utilisation commune des ressources naturelles, y compris les droits fonciers collectifs, seront importants. Les mouvements féminins de base font la promotion d’un nouveau système agricole basé sur les coopératives locales et la production alimentaire écologique. Il existe des mécanismes internationaux de défense des droits humains, mais il faut aussi de la solidarité. En Europe et aux États-Unis notamment, l’opinion publique est de plus en plus consciente qu’il faut soutenir une agriculture à petite échelle, locale et écologique. Pour étendre ce mouvement à l’échelle internationale, nous devons accroître la solidarité entre les organisations de femmes du Global Nord et du Global Sud, ainsi que dans les zones urbaines et rurales, afin de soutenir la production d’aliments sains à un prix abordable pour les femmes à faible revenue dans les zones rurales et urbaines. Nous avons besoin d’alliances solides pour transformer notre système alimentaire.

Résumé de Femmes rurales et féminisme de base
https://www.social.org.br/index.php/artigos/artigos-english/223-rural-women-and-grassroots-feminism.html

L’écho des campagnes 4 - Les travailleurs agricoles et la terre

Rosalinda Guillén, Développement de communauté à communauté, États-Unis

En tant que travailleurs et travailleuses agricoles, la valeur de ce que nous apportons à une communauté est simplement mise de côté. Nous sommes invisibles. Nos contributions sont invisibles. Cela fait partie de la culture capitaliste dans ce pays.

Nous sommes comme la lie de l’esclavage dans ce pays. Ils s’accrochent à cette mentalité d’esclave pour essayer de tirer profit de la main-d’œuvre la moins chère possible. S’ils nous maintiennent sans terre, si nous n’avons pas la possibilité de faire des racines dans les communautés comme nous le voulons, alors c’est d’autant plus facile de tirer le plus de profit de nous en investissant le moins possible. C’est aussi simple que cela. Nous devons nous intéresser aux travailleurs agricoles de ce pays qui possèdent des terres, où nous pouvons produire. C’est le changement dynamique dont nous avons besoin dans le système alimentaire. Nous savons tous que Cesar Chavez a parlé de la propriété des moyens de production. Je pense que beaucoup de travailleurs agricoles parlent de cela.

Être un peuple sans terre aux États-Unis, rend les travailleurs agricoles beaucoup plus vulnérable, et aux États-Unis, cela est facilement ignoré. Cela n’est même pas discuté au niveau politique ou social. Et on pourrait remonter dans l’histoire quand nos terres nous ont été retirées au Texas, en Arizona, au Nouveau-Mexique et en Californie. C’est un héritage de cette conquête, et nous l’avons accepté. L’idée n’est pas d’utiliser cela pour avoir de la terre. À quoi cela ressemblerait-il ? Je suis allé au Forum social mondial au Brésil et j’ai rencontré les dirigeants du mouvement des travailleurs sans terre. Nous continuons nos échanges depuis lors et ils sont venus nous rendre visite.

Nos discussions avec les dirigeantes du MST lors d’une récente visite à São Paulo nous font croire que nous sommes sur la bonne voie. Il est essentiel d’établir une base solide et audacieuse dans la communauté des travailleurs agricoles pour transformer l’agriculture et l’accès à la terre aux États-Unis. Nous apprenons constamment de la direction indigène de Familias Unidas por la Justicia. Poursuivre le dialogue et la réflexion sur les stratégies avec eux nous aidera à créer de nouvelles façons de faire avec les consommateurs, les marchés et le puissant lobby agricole.

D’autres stratégies, comme gagner suffisamment d’argent pour acheter des terres, ne suffisent pas. L’USDA a mis en place des programmes pour que les travailleurs agricoles latinos puissent posséder des terres. Mais vous vous retrouvez avec peut être quelques agriculteurs latinos qui pratiquent l’agriculture conventionnelle. Les travailleurs agricoles latinos deviennent des agriculteurs latinos qui embauchent des travailleurs agricoles latinos et les exploitent. Ce n’est pas bien. Ce n’est pas ce que nous voulons. Nous voulons changer tout le système. Donc que nous faut il pour cela ?

Résumé d’une interview de David Bacon dans Land Justice : Re-Imagining Land, Food, and the Commons in the United States

L’écho des campagnes 5 - Alternatives et opportunités pour la justice foncière à Detroit

Malik Yakini, Réseau de sécurité alimentaire de la communauté noire de Detroit, États-Unis

Les communautés sont construites sur la terre, et nous - en tant qu’êtres humains - en tirons la plupart de nos aliments, fibres et matériaux. Dans notre société actuelle, ne pas posséder de la terre, c’est être sans pouvoir. Si nous espérons créer une société avec une justice possible, alors la question de la répartition du pouvoir et de l’accès à la terre est primordiale. Continuer à accumuler des terres entre les mains des mêmes individus, c’est l’antithèse de la liberté, et il faut lutter contre cela. La logique capitaliste traditionnelle voudrait que vendre la terre au plus offrant et attendre des retombées "goutte à goutte" soient les seules façons pour Detroit de sortir de ses luttes économiques actuelles. Il existe cependant, bien d’autres moyens, plus efficaces, pour renforcer la résilience économique et l’équité.

Il est difficile d’imaginer comment on pourrait arriver à une certaine justice foncière aux États-Unis, compte tenu du passé de vol et de dépossession des terres. Comment peut-on faire justice sans rendre les terres prises par les colons européens aux peuples indigènes ? Comment faire justice aux personnes d’origine africaine dont les ancêtres ont été réduits en esclavage et amenés sur ces terres contre leur volonté ? Faire justice avec des mesures de réparation pour ces actes historiques - est chose impossible pour le moment. Cependant, il existe des mesures qui nous faire progresser.

Dans les cas où les tribunaux peuvent prouver que les États-Unis ont violé des traités ou ont agi de manière frauduleuse, je pense que le gouvernement américain devrait restituer ces terres aux Amérindiens. Je suis également favorable à des réparations pour les Afro-Américains qui sont les descendants des ces Africains réduits en esclavage sur ces terres et qui avec leur travail ont créé une grande part de la prospérité de la nation. En outre, nous devons arrêter de confisquer les terres des agriculteurs afro-américains. Au moment où nous écrivons ces lignes (2016), des terres sont toujours injustement saisies aux propriétaires locaux et les agents du gouvernement sont complices dans cette affaire. Il faut enquêter sur ce phénomène et y mettre fin.

En outre, je pense que des “Community Land Trust” peuvent être établis pour permettre aux communautés d’exercer collectivement leur voix à propos de la terre dans leurs communautés et de jouer un rôle dans les décisions concernant les espaces verts, les projets industriels, le logement, ou tout autre chose qu’elles envisagent elles-mêmes pour le bien-être de leur communauté. Il est important de créer des politiques qui donnent l’accès à la terre au plus grand nombre par opposition aux politiques qui concentrent la propriété entre les mains de quelques-uns, et le soutien aux Community Land Trust pourrait jouer un rôle à cet égard.

Enfin, je pense que pour créer de bonnes analyses sur la question de la terre, nous devons comprendre l’histoire. Il est important de raconter la véritable histoire pour que les gouvernements, les ONG et les organisations communautaires puissent comprendre comment nous en sommes arrivés là. Pour ce faire, nous devons continuer à remettre sur le tapis les histoires de dépossession, de désautonomisation, de résistance et de pouvoir.

Résumé de Land Justice : Re-Imagining Land, Food, and the Commons in the United States.