Logo_Bulletin




[Nyeleni - Food sovereignty - Newsletter, Bulletin, Boletin]

Accueil > Les bulletins Nyéléni en français > Bulletin n° 46 - Introduire le message des communautés pastorales > Bulletin n° 46 - Introduire le message des communautés pastorales

Editorial

Bulletin n° 46 - Introduire le message des communautés pastorales

jeudi 9 décembre 2021, par Manu

Editorial
Introduire le message des communautés pastorales, une voix du terrain

Illustration par Fernando Garcia Dory, European Shepard Network / WAMIP

Plus de la moitié de la surface de la Terre est couverte de prairies et pâturages. Pendant des milliers d’années les communautés pastorales ont domestiqué des animaux et géré des écosystèmes de façon durable, créant une diversité de cultures et de systèmes alimentaires adaptés et résilients. La biodiversité a toujours co-existé avec le pastoralisme.

Le pastoralisme est basé sur l’utilisation extensive du territoire, parfois des prairies mais aussi forêts et terre arables après récolte, terres marginales et autres espaces qui très souvent ne sont pas favorables à l’agriculture. Le pastoralisme est pratiqué par 200 à 500 millions de personnes à travers le monde dans des environnements très variés dans presque tous les pays, des terres arides sub-sahariennes d’Afrique au cercle arctique.

Notre mode de vie a existé depuis les temps immémoriaux, évoluant avec le paysage. Mais aujourd’hui le pastoralisme est plus que jamais menacé par l’industrialisation forcée de l’élevage. Nous devons mettre fin à la disparition de pâturages, à l’ « accaparement des terres » et aux restrictions de la mobilité qui rendent impossible le maintien d’un système pastoral viable. Nous sommes actuellement en train de définir une campagne potentielle sur les Droits liés au pastoralisme. Notre identité et notre culture sont érodées alors que les politiques manquent de prendre en compte, de comprendre ou même de reconnaitre l’existence du pastoralisme. Des rendements économiques bas et un manque de reconnaissance a pour conséquence que les jeunes éleveurs dans certains endroits se sentent forcés d’abandonner notre mode de vie ou de s’orienter vers des méthodes agricoles plus intensives. Nous promouvons une Section Jeunes du WAMIP, parce qu’il est souvent difficile pour les jeunes d’accéder à la terre.

Les décisions politiques sont prises avec peu ou sans consultation avec les communautés locales. Nous sommes les usagers traditionnels de la terre mais nous sommes systématiquement exclus des décisions sur la gestion des terres, y compris la réintroduction ou la gestion des prédateurs sauvages ou la désignation de zones de protection de la nature. Les exigences bureaucratiques, privilégiant la production intensive de bétail, imposent un immense et irréaliste fardeau de paperasserie aux éleveurs nomades et semi-nomades.

Mais partout à travers l’Europe et le monde, nous nous organisons en fédérations, construisons des réseaux régionaux et gagnons une reconnaissance internationale par les institutions majeures. Nous luttons pour défendre les intérêts des petits producteurs et pour accroitre notre représentation politique. Nous créons des centres de recherche, nous nous associons avec des institutions scientifiques, formons nos jeunes et développons notre capacité.

WAMIP est une alliance de communautés pastorales et de peuples indigènes mobiles à travers le monde. Nous défendons notre espace commun afin de préserver nos formes de vie pour la poursuite de notre mode de subsistance et identité culturelle, de gérer durablement les ressources communes et d’obtenir le respect complet de nos droits. En tant que mouvement populaire indépendant, nous travaillons avec d’autres organisations de la société civile dans le but d’influencer les politiques aux niveaux national, régional et international, et les organisations supranationales telles que l’ONU et ses agences comme la FAO, CDB etc.

Nous combattons ces courants et maintenons notre mode de vie en innovant et en nous améliorant en permanence. Nous utilisons des races locales qui s’adaptent à un environnement changeant. Nous essayons de sensibiliser les consommateurs et de leur vendre directement. Nous utilisons de nouveaux media pour promouvoir nos traditions culturelles et organiser des évènements festifs.

Certains d’entre nous ont négociés des contrats pour prévenir des incendies, maintenir des patrimoines paysagers et fournir d’autres services environnementaux. Nous sommes les ambassadeurs de notre héritage culturel local, de la production durable et de Souveraineté Alimentaire.


European Shepherds Networks

Télécharger / voir le bulletin n°46 :

Introduire le message des communautés pastorales, une voix du terrain